24 Heures, February 19, 1993

From The Elvis Costello Wiki
Jump to: navigation, search
- Bibliography -
1975767778798081
8283848586878889
9091929394959697
9899000102030405
0607080910111213
14151617 18 19 20 21


24 Heures

Switzerland publications

European publications

-

Elvis Costello écrit à Juliette Vérone, poste restante

Vingt missives musicales: le bouffon du rock british s'associe au Quatuor Brodsky et à Shakespeare. Tragi-comique.

translate
   Cécile Lecoultre

Miss Capulet n'a pas fini de faire jaser. Pour lui déclarer sa flamme, ses rognes et regrets, Elvis Costello composé vingt missives musicales. S'il n'est pas le seul s'adresser Juliette chaque année, des centaines d'amoureux expédient Vérone leur courrier du cœur le Britannique met les formes. Comme le Zelig de Woody Allen, le binoclard la calvitie naissante est un caméléon habile. Cet intello du rock peut virer de la country l'orchestre symphonique, il préfère défricher les genres que ronronner sur ses lauriers. «Spike, the beloved entertainer» (1989) ou «Mighty like rose» (1991) exposaient cet éclectisme. Pour aller se promener sous le balcon de Juliette, il mis son costume du dimanche et convoqué le Quartet Brodsky, un ensemble cordes réputé pour son anticonformisme. Au contraire des amants légendaires, le mariage du rock et du classique n'a pas été contrarié...
Car si «The Juliet Letters» ne manque pas de sanglots longs des violons, d'envolées poignantes et de mots désespérés après tout, c'est une tragédie, la musique de chambre ne détourne pas Costello de sa fibre sarcastique de Grand-Guignol. la quatrième lettre, Elvis n'est déjà plus un Roméo transi: dans «I almost had weakness», il remercie la belle pour les fleurs, qu'il flanquées au feu, et se moque des mauvaises manières de la famille. Sa voix suave de crécelle croasse sur les rimes, abîme la légende avec «Who do you think you are?»: «mais pour qui tu te prends?», envoie-t-il «la chère petite chose» avec une ironie glacée d'homme effaré par la passion qui le consume. Evidemment, les confessions Juliette s'écartent du pur drame passionnel. Chassez Roméo, Costello revient au galop. Le pitre émaille ses coups de gueule d'autodérision, joue l'atout de l'absurde contre la carte du tendre: «Epargne-nous le mélo», plaide-t-il dans «Dear Sweet Filthy World». Sauvé... Au dernier acte, le bouffon triste rassure même sur l'excellence de sa santé mentale, s'en prend aux princesses qui ouvrent les jambes Buckingham appréciera et annonce une machine remonter le temps. Pour rappeler dans notre bas monde Liberace, Laurel et Hardy, Presley et Puccini, histoire d'améliorer la médiocre comédie de la vie...
«The Juliet Letters», dist. Musikvertrieb. signaler aux Editions Belfond, un recueil de «Lettres Juliette», par Marina Fracasso et Tomaso Monicelli.

-

24 Heures, February 19, 1993


Cécile Lecoultre reviews The Juliet Letters

Images

clipping
Clipping.

page 45
Page scan.

-



Back to top

External links