Mes Aventures Sonores Et Autres Fariboles, March 2012

From The Elvis Costello Wiki
Jump to: navigation, search
... Bibliography ...
7576777879808182
8384858687888990
9192939495969798
9900010203040506
0708091011121314
1516171819202122


Mes Aventures Sonores Et...

Blogs

-

Imperial Bedroom

Elvis Costello & The Attractions

translate
   Lester G

Impérial

Imperial Bedroom est le meilleur disque de Costello. C'est mon avis et je le partage, quitte à choquer les spécialistes maniaques du bonhomme (il y en a).

Artistiquement, ce disque vient clore la période la plus créative de l'ancien petit employé en informatique. Un Costello qui lâche à des cadences infernales des disques qui montrent son envie d'aborder plusieurs genres musicaux. Costello est un boulimique, tant pour la consommation de musique que pour l'écriture de chansons, et quand il a un peu de temps libre (mais où le trouve t-il ?), il produit les disques des autres (le premier Specials).

Et là, avec Imperial Bedroom, jamais auparavant le revêche binoclard n'avait aligné dans une même œuvre autant de bonnes chansons. Car il s'agit ici de chansons comme seuls les Beach Boys ou les Beatles savaient en écrire dans les sixties. Et n'ayons pas peur des comparaisons, c'est à Pet Sounds ou Abbey Road, que ce Cd peut être comparé.

D'ailleurs ce n'est pas un hasard si le producteur d' Imperial Bedroom est Geoff Emerick, ingénieur du son des studios Abbey Road et second de George Martin lors de l'enregistrement… d' Abbey Road (entre autres disques des Beatles).

Les arrangements (sous influence de gens comme Burt Bacharach et d'une façon générale tous ces auteurs du Brill Building des sixties), dans lequel l'organiste Steve Nieve tient un grand rôle, traduisent une frénésie créatrice, que Costello avait parfois approchée précédemment, mais qu'il ne retrouvera plus jamais par la suite. Toutes les chansons (il n'est ici jamais question de punk, de reggae, de rock 'n' roll...) sont somptueuses, tour à tour jazzy, pop, crooner, soul, easy-listening, …, les textes toujours aussi caustiques.

Un seul (minuscule) reproche : Costello n'est pas Frank Sinatra et sa voix a parfois du mal à être à la hauteur des orchestrations grandioses présentes ici.

Et comme si l'état de grâce de cet autre Elvis avait vraiment pris fin avec cet Imperial Bedroom, les deux disques suivants (Punch The Clock et surtout Goodbye Cruel World) seront mauvais. La suite, cette sorte de fuite en avant dans l'écriture et les collaborations (les Pogues, McCartney, T Bone Burnett, mais aussi Anne Sofie von Otter, sa centriste de femme de chanteuse jazz Diana Krall, …), verra toujours encore des disques sortir à une cadence effrénée … Le problème, c'est que l'on n'en trouvera plus que très épisodiquement quelques uns de corrects…


Tags:  The AttractionsImperial BedroomThe SpecialsThe Beach BoysThe BeatlesGeoff EmerickBurt BacharachSteve NieveFrank SinatraPunch The ClockGoodbye Cruel WorldThe PoguesPaul McCartneyT Bone BurnettAnne Sofie von OtterDiana Krall

-

Mes Aventures Sonores Et Autres Fariboles, March 2012


Lester G. reviews Imperial Bedroom.

Images

Imperial Bedroom album cover.jpg

-



Back to top

External links