La Presse, July 31, 2011

From The Elvis Costello Wiki
Jump to: navigation, search
- Bibliography -
1975767778798081
8283848586878889
9091929394959697
9899000102030405
0607080910111213
14151617 18 19 20 21


La Presse

Canada publications

Newspapers

University publications

Magazines

-

Osheaga samedi soir: malaise au pied de la scène principale


Alain Brunet

translate

Samedi soir, il fait beau et chaud, toutes les conditions favorables sont réunies et… malaise au pied de la grande scène d’Osheaga. Les fans d’Elvis Costello (dont je suis) ont assisté à une scène franchement superflue. Au fur et à mesure que le show se déroulait, le public désertait, à tel point qu’il ne restait plus grand-monde à la fin. La performance était plus qu’honnête, pourtant: choix judicieux de répertoire, avec l’incontournable Alison en prime. Interprétation fervente. Mélange intégré de styles – rock, blues, country, jazz, etc. Assurément, Elvis ne s’y tournait pas les pouces. D’autant plus que son escale à Osheaga a été parmi les plus médiatisées.

Quel était le problème au juste ?

Declan MacManus est un auteur-compositeur-interprète crucial. Un des plus talentueux des trois dernières décennies, un des plus prolifiques. Mais… visiblement, il n’a pas encore acquis l’aura des vétérans qui imposent le respect auprès des jeunes branchés. Ça se produira peut-être plus tard, comme ça c’est produit pour d’autres. Prenez le cas de Johnny Cash. Pendant de longues années, il a été considéré comme un ringard et… lorsqu’il a fait des reprises de U2, il s’est mis sur la voie de la réhabilitation. Jusqu’à sa mort et encore aujourd’hui, Johnny Cash est estimé à sa juste valeur par un vaste public inter-générationnel, ceci incluant la mouvance hipster.

Visiblement, ce n’est pas le cas d’Elvis Costello. Il a beau installer sur les planches une cage pour danseuses à gogo, question de mettre un peu de piment à sa performance, le contact ne s’établit pas. Sur une scène plus modeste ? La scène verte ? Je n’en suis même pas certain, d’autant plus Elvis n’aurait peut-être pas accepté d’être ainsi relégué au second plan. Alors ? On doit conclure à une erreur d’évaluation… et de programmation.

Attirés par la performance électrisante de Ratatat, une portion importante de hipsters (en majorité samedi contrairement à vendredi) a préféré ne pas retourner au pied des grosses scènes où l’on présentait les artistes les plus populaires au programme, enfin selon l’avis des programmateurs : Elvis Costello, précédé de Bright Eyes.

-

La Presse, July 31, 2011


Alain Brunet reviews Elvis Costello and The Imposters on Saturday, July 30, 2011, Osheaga Festival, Parc Jean-Drapeau, Montreal, QC, Canada.

Images

2011-07-31 La Presse photo 01.jpg


-



Back to top

External links